Es-tu capable de te faire une idée du nombre de rapports sexuels que tu as eu ? Cent ? Mille ? Une centaine de mille ? Difficile de tenir les comptes (Ou, si tu ne fais pas partie des mieux lotis : quelques-uns ? Quatre ou cinq ? Un seul, mais tu as pris ton pied ? Tu préfères le sexe en solitaire ?)

Bien. Même si la tâche est ardue, et vu qu’il est impossible de comptabiliser le nombre de fois où tu as couché avec quelqu’un dans ta vie, cette semaine nous allons classer ces rapports sexuels en fonction de leur typologie. C’est parti :

Sexe pourboire

Une dernière danse. Vous venez de rompre. Ohhh. Impossible de débrouiller la situation. C’est terminé. Bouh. Des larmes. Quelle tristesse. Comment vais-je bien pouvoir raconter ça à ma famille et à mes amis ? Même si dans le fond ce n’est pas le plus important. Pas moyen vraiment de solutionner ça ? Non. Y’a pas moyen. On ne s’aime plus comme avant. Quel  crève-cœur. Mais, oh là, brusquement, lorsque tout semble perdu, la libido se réveille. Ça chauffe par là. De toute façon, tu n’as rien à perdre. Et ce n’est pas une mauvaise idée que de se quitter en bons termes. Eh voilà, avant de s’en rendre compte, l’avant-dernière caresse a provoqué l’avant-dernier baisé, l’avant-dernier baisé l’avant-dernière léchouille, et l’avant-dernière léchouille l’avant-dernier orgasme. Pas de doute, rien ne vaut un bon coït pour se quitter comme il faut. Au bout du compte, vos parties intimes aussi voulaient se saluer une dernière fois. Uhhhh ! Ohhhh ! Ahhhh! Good bye, baby. 

Sexe timide

Certaines personnes ont eu ce type de rapport sexuel (moi non, c’est un ami qui m’en a parlé). Il s’agit, surtout, d’une expérience assez symptomatique de la première fois. La première fois que tu couches avec quelqu’un ! Tu te souviens ? Quelle fébrilité ! Il va falloir montrer ses parties intimes à quelqu’un, comme ça d’un seul coup ? Quelle honte ! Laisse tomber, une vie entière à attendre cette première fois et maintenant tu flippes de te montrer comme Dieu t’a mis au monde. Enfin… plus tôt ce sera fini, mieux ce sera. Ce n’est pas la même chose de se taper cette honte lors de l’adolescence, au cours de sa jeunesse ou à l’âge adulte… Dans la vie, tout est une question de point de vue, c’est le cas de le dire. Nous, et tu le sais, nous défendons les pratiques sexuelles exemptes de barrières mentales pour que la jouissance soit plus grande, et que chacun fasse ce qui lui plaît avec son corps, ce n’est pas pour rien que c’est le sien. Mais nous disons aussi que de le montrer ne doit pas être une source d’embarras.

Sexe-chantage

Allez, reconnaissons-le. Qui ne sait jamais un peu forcé à coucher pour ensuite demander quelque chose en échange ? Qui n’a jamais fait à sa partenaire ce qu’elle aime tant pour qu’elle prépare ensuite le petit-déjeuner, qu’elle nous emmène dîner dans notre restaurant préféré ou, simplement, pour recevoir en échange une profusion d’amour de la part de la personne que l’on aime, à savoir des « mon chéri tout plein » ? Évidemment, l’idéal est que ta partenaire te serve sur un plateau ces petits caprices sans que tu aies à offrir ton corps en échange, mais…une petite attention au lit est toujours bienvenue. Pour résumer : si tu souhaites que ta partenaire te mange dans la main, tu sais mieux que n’importe qui ce qu’il y a à faire. Ou plutôt, comment le faire.

Ces merveilleuses coucheries

Cette curieuse typologie se combine souvent aux périodes de traversée du désert. Pense à l’un de ces jours où tu meurs d’ennui, avachi dans ton canapé. Tu checkes alors tes contacts WhatsApp, et finis par tomber sur le nom de ton ex. Voyez-vous ça. Celui du sexe pourboire. Celui de la dernière danse. Tu te souviens ? Presque plus. Peu importe, tu tentes le coup et lui envoies un message. Dans le fond, avec un peu de chance, cette nuit tu transpireras à grosse gouttes. Tu sais parfaitement qu’il ne s’agit que de sexe pour le sexe. Que ça n’aura rien de mémorable. Que ça ne restera pas dans les annales de l’histoire, mais bon c’est toujours mieux que rien. Et puis cette affaire te tiendra à flot. Et c’est rien de le dire. Qui sème le vent récolte ces parties de cul.

Si je t’attrape, je te bouffe

Ici même, nous avons parlé à de nombreuses reprises de baise triomphale avec un inconnu, eh bien c’est le parangon du sexe occasionnel. Voilà comment cela se passe généralement. Ou bien on te présente où alors tu coïncides par hasard avec une personne avec laquelle tu te trouves si agréablement bien, que tu sens ton corps te réclamer une petite dose de mieux encore. C’est ça, ton corps réclame de l’action. Et toi, qui es-tu pour lui refuser ce petit  caprice ? On ne vit qu’une fois, mais pourquoi devrait-on ne s’envoyer en l’air qu’une seule fois (ou ne le faire qu’avec une seule et même personne). Donc… comme ces périodes de sexe libre nous font du bien et nous aident à retrouver un peu de confiance en nous-même à certains moments ! (Attention tout de même, comme nous le disons toujours, il faut choisir le bon moment, ce serait malheureux que cela écorche la confiance en elle-même de ta partenaire régulière, et en conséquence ta confiance en toi-même).

C’est à toi maintenant, je suis sûr que nous n’avons pas abordé certaines typologies de rapport. Quel type de rapport aimerais-tu ajouter à cette liste? Go!